• ADP, c’est quoi ?

    ADP, c’est « Aéroports de Paris ».

    ADP, c’est une entreprise française majoritairement détenue par l’État français.

    ADP, c’est 3 aéroports internationaux (Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le-Bourget), 10 aérodromes civils d'aviation générale et un héliport.

    ADP, c’est 37 aéroports en concession dans 13 pays : Chili, Turquie, Jordanie, Madagascar...

    ADP, c’est le numéro un mondial de la gestion aéroportuaire.

    ADP, c’est 6686 hectares de terrain autour d’Orly et de Roissy, soit une superficie équivalente aux deux-tiers de Paris.

    ADP, c’est 4,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an.

    ADP, c’est un grand groupe capitaliste international, qui s’est notamment appuyé notamment sur le poids international de la France pour développer la maîtrise d’ouvrage dans la construction d’aéroports et dans l’investissement de la gestion de nombreux aéroports.

    ADP, c’est une entreprise publique française que le gouvernement menace aujourd’hui de privatiser.

  • Le gouvernement veut privatiser ADP. Comment l’en empêcher ?

    Jusqu’au 13 mars prochain, cette privatisation est bloquée par le processus du « référendum d’initiative partagée » (RIP).

    Si nous réunissons 4,7 millions de signatures, nous enclenchons le RIP pour que la privatisation d’ADP soit soumise au vote de l’ensemble des français·e·s.

    C’est un moment décisif. Pour signer, il suffit de se rendre ici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr

  • Privatiser ADP, c’est un problème ?

    Privatiser ADP, c’est faire perdre à l’État une source de dividendes gigantesque chaque année. Mais surtout, par un tour de passe-passe, c’est forcer l’État à faire 1 à 2 milliards d’euros de cadeaux aux actionnaires. Rien que ça…

    Privatiser ADP, c’est perdre le contrôle sur les territoires qui entourent les aéroports. Évidemment, c‘est une question cruciale pour les centaines de milliers d’habitant·es et de salarié·es des communes limitrophes d’Orly et de Roissy.

    Privatiser ADP, c’est faire exploser les niveaux de pollution liés aux aéroports d’Orly et Roissy. Le transport aérien est aujourd’hui le mode de transport le plus polluant : au voyageur/km, les émissions de CO2 sont 45 plus élevées que dans un voyage en TGV. En privatisant ADP, le nombre d’avions qui transitent par Roissy et Orly augmentera drastiquement et la pollution liée également.

  • Et les arguments du gouvernement ?

    Le gouvernement explique que la vente des actifs d’ADP rapporterait 15 milliards d’euros de recette : 5 milliards destinés à réduire la dette publique, 10 milliards placés dans un « fonds pour l’innovation de rupture » qui pourrait générer chaque année 250 millions pour financer des innovations. Mais les arguments du gouvernement ne tiennent pas la route :

    • la dette publique publique s’élève aujourd’hui à 2358,5 milliards d’euros et croît sans cesse (par les réductions d’impôts pour les riches et les grandes entreprises). Ces 5 milliards n’y seraient donc qu’une contribution infime ;
    • les parts actuelles de l’État rapportent presque trois fois plus chaque année que ceux prévus par le « fonds » : de 700 à 800 millions de dividendes par an, estimé à la hausse dans les années à venir.

    Nous nous trouvons ici face à la réalité brute et brutale d’une politique néolibérale qui pousse l’État à se désengager de toute activité économique rentable au profit d’un actionnaire privé, et donc à fournir des nouvelles sources de profit pour les grands groupes.

  • Pourquoi se mobiliser contre la privatisation d’ADP, et pas une autre ?

    Se mobiliser contre la privatisation d’ADP, c’est se mobiliser contre toutes les privatisations. C’est remettre en cause les processus de liquidation des réseaux, des services, des biens communs qui font partie du patrimoine public et qui doivent rester service de l’intérêt général.

    C’est une exigence démocratique élémentaire que de pouvoir se prononcer sur la privatisation complète d’Aéroport de Paris.

    Au-delà d’ADP, nous voulons nous prononcer par référendum sur toutes les questions identiques, qu’elles concernent des privatisations ou d’importantes mesures sociales : maintien des activités rentables d’EDF, maintien des autoroutes sous la coupe de Vinci et Eiffage, etc.

  • Pourquoi s’acharner à conserver nos entreprises dans le public ?

    Des entreprises publiques fortes, c’est précisément l’appui dont l’État aurait besoin pour développer des politiques économiques et sociales, des services postaux et bancaires, des réseaux d’énergie et de transports au service du plus grand nombre.

  • Je n’ai pas les moyens de prendre l’avion. En quoi ça me concerne ?

    Certains médias distillent l’idée que la « petite » privatisation d’ADP est anecdotique et ne concerne que très peu les classes populaires qui fréquentent rarement Roissy ou Orly.

    Mais cette privatisation est déterminante sur des enjeux qui concernent l’ensemble de la société. Empêcher cette privatisation, c’est :

    • bloquer le fonctionnement autocratique du gouvernement Macron/Philippe, tout dévoué aux intérêts des grands groupes capitalistes ;
    • inviter à développer des politiques environnementales et de santé publique privilégiant les transports collectifs terrestres et luttant contre les causes des dérèglements climatiques ;
    • éviter une hausse des impôts pour l’ensemble des français (dont une majorité ne prend pas l’avion), pour remplacer les dividendes que rapporte aujourd’hui ADP à l’État.
  • Je refuse de prendre l’avion. En quoi ça me concerne ?

    Privatiser ADP, c’est en perdre le contrôle.

    Aujourd’hui, les populations des communes situées dans les prolongements des pistes de Roissy et d’Orly subissent une baisse de plus de 3 ans d’espérance de vie en bonne santé, par rapport à celles des autres communes de la région parisienne.

    Les moteurs au kérosène déclenchent des pluies acides (oxydes d’azote) et, dans la haute atmosphère, le dégagement d’ozone. Ces deux gaz augmentant l’effet de serre.

    Si demain ADP est privatisée, le nombre de vols augmentera et le nombre de victimes aussi.

    Il est justement crucial de garder la main sur ce secteur stratégique. Les solutions existent et commencent à se dessiner : le projet de loi présenté par François Ruffin, Delphine Batho et Mathilde Panot pour la suppression des vols dont la durée plus 2h30 est égale ou supérieure à la durée du même trajet en train est un bon exemple du sens dans lequel il faut aller.

  • Est-ce qu’on peut vraiment réussir à empêcher cette privatisation ?

    Oui.

    Aujourd’hui, notre fonctionnement politique est piloté par les intérêts des grands groupes capitalistes, industriels et financiers. Sans tenir compte d’aucune manière des besoins populaires.

    Pas cette fois.

    Le mouvement des Gilets Jaunes, le contexte actuel de mobilisation permanente en France, le blocage lui-même que les parlementaires ont opéré sur cette privatisation nous prouvent le contraire.

    C’est un moment décisif. Pour enclencher le référendum, il suffit de signer ici.

La bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris est engagée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démocratie car il va revenir à toutes et tous de...

Lire l'appel complet
Je signe sur le site du ministère

Pas d'inquiétude, beaucoup de personnes rencontrent des difficultés pour soutenir le Référendum d'Initiative Partagée. Voici quelques conseils qui pourraient vous être utile :

👉 Pas de virgule entre vos prénoms, juste un espace ;
👉 Majuscule aux prénoms ;
👉 Majuscule et tirets à votre ville ;
👉 Pas d'inquiétude, c'est votre code INSEE qui s'affiche. Pas votre code postal !
👉 Renseignez la ville où vous êtes inscrit sur liste électorale ;
👉 En cas de doute, prenez votre carte électorale, recopiez les informations à l'identique ;
👉 En cas d'erreur 404, réactualisez ;
👉 En cas d'erreur du code de vérification, persévérez ;
👉 Désactivez votre bloqueur de publicités.

Si vous n’y arrivez toujours pas, téléchargez le Cerfa sur ce lien.

Privatiser c'est voler

Pour passer à l'actionMon kit de mobilisation

Distribuez ce dossier CGT autour de vous !

Pour la maîtrise publique des aéroports !

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

2 ans de lutte contre la privatisation d'ADP

Distribuez ce tract Signons autour de vous !

Objectif 4,7 millions !

Distribuez ce tract du comité Paris XI autour de vous !

Privatisations, stop ou encore ?

Distribuez ce tract du Comité Mobilisation Citoyenne d'Ivy-sur-Seine autour de vous !

ADP n'est pas à vendre !

Distribuez ce tract FSU autour de vous !

Faisons décoller le référendum !

Distribuez ce tract Ensemble! autour de vous !

Signons en masse !

Distribuez ce tract Ensemble! autour de vous !

Contre la privatisation d'ADP

Collez cette affiche Ensemble! sur les murs de votre ville !

Signons en masse !

Distribuez ce tract CGT autour de vous !

Première escale pour la démocratie !

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

Les leçons de la privatisation des autoroutes !

Diffusez ce visuel sur tous vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé la privatisation des autoroutes ?

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

Emmanuel Macron et les privatisations

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

Pourquoi il ne faut pas privatiser ADP ?

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

Comment voter ?

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

ADP est notre bien commun

Diffusez cette fiche d'infos CGT autour de vous !

Qu'est-ce que le R.I.P. ?

Distribuez ce tract de Union syndicale Solidaires autour de vous !

Obtenons un référendum !

Diffusez ce visuel sur tous vos réseaux sociaux !

173 millions d'euros par an, en moins pour les services publics

Diffusez ce visuel sur tous vos réseaux sociaux !

Plus d'avions, plus de pollution

Diffusez ce visuel sur tous vos réseaux sociaux !

Services publics, c'est à nous !

Distribuez ce tract unitaire autour de vous !

Rail, routes, aéroports... Privatiser c'est voler !

Rendez-vous les 4, 5 et 6 novembre à Nation, Paris

3 jours pour le référendum !

Notre appel

Contre la privatisation d'Aéroports de Paris, gagnons le referendum !

La bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris est engagée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démocratie car il va revenir à toutes et tous de pouvoir décider si un référendum est organisé. Mais c’est aussi une bataille contre les privatisations et pour la préservation et le développement des biens communs et pour les services publics. C’est aussi un combat pour la sauvegarde de l’environnement et pour la transition écologique car rien ne serait pire que laisser les clefs du transport aérien aux intérêts privés.

Depuis des années la privatisation des biens publics se fait à marche forcée. Des entreprises assurant des services publics sont vendues à des intérêts privés. Ignorant des objectifs sociaux et environnementaux de long terme, elles en profitent pour augmenter leurs prix, au détriment des usagers. Elles les transforment en machines à produire des dividendes pour les actionnaires, privant les finances publiques, et donc les services publics, de sommes considérables. Le scandale de la privatisation des autoroutes, celle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, impulsée par l’actuel président de la République lorsqu’il était ministre, en sont de tristes exemples.

Mais cela ne leur suffit pas : outre les aéroports, la Française des Jeux, Engie, l'Office National de la Forêt, les barrages hydroélectriques, les ports, les routes nationales et d’autres sont les nouvelles cibles. Pendant ce temps, les hôpitaux publics sont au bord de l’explosion, des services hospitaliers, des lignes ferroviaires et des bureaux de postes ferment, les services publics s’éloignent des usagers, le statut de la Fonction publique est démantelé, les administrations et les entreprises publiques sont de plus en plus gérées comme des entreprises privées avec pour seul critère la rentabilité financière, au détriment de la satisfaction des besoins sociaux de toute la population.

La bataille contre la privatisation d'AdP est commencée : après des luttes syndicales importantes, plus de 200 parlementaires ont été à l’initiative du processus de référendum d’initiative partagée. Des appels à signature se multiplient.

Compte tenu de l’impératif de la procédure institutionnelle, qui exige qu’il y ait 4,7 millions de signatures de citoyen.nes, et qui exclut toutes celles et ceux qui vivent ici et n'ont pas le droit de vote, donnons à cette campagne l’ampleur nécessaire et impulsons une dynamique de rassemblement. Il s’agit d’en faire l’affaire de la société et des citoyen.nes. C’est pourquoi nous lançons une coordination de mouvements et d’organisations syndicales, associatives et politiques contre la privatisation d’Aéroports de Paris et plus largement contre les privatisations, pour les services publics et les biens communs. Chaque membre de cette coordination conservera bien entendu la liberté de mener sa propre campagne.

Cette coordination nationale a l’ambition de réunir le plus largement possible, dans leur diversité, syndicats, associations et partis politiques, les élu.e.s, les mouvements sociaux, écologistes, féministes... Des initiatives unitaires seront prises localement, avec la constitution de « bureaux de vote de rue », des conférences-débats publiques, des affiches, tracts, argumentaires divers, que nous mutualiserons au niveau national. Nous voulons atteindre 4,7 millions de signatures, pour que puisse se tenir ensuite un référendum national. Si cet objectif est atteint, ce sera un grand coup d’arrêt au rouleau-compresseur d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui projettent de privatiser un grand pan de l’économie et qui laminent ce qu’il reste de services publics.

Pour signer la demande de référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

Premiers signataires :

Alternatiba
ANV-COP21
Association Nationale des Elu.e.s Communistes et Républicains (ANECR)
Attac
CGT
Convergences pour les services publics
Diem25
EELV
Ensemble !
Fakir
Femmes Egalité
Fête à Macron
Fondation Copernic
FSU
Gauche Démocratique et Sociale
Génération-s
LFI, groupe parlementaire
Le Mouvement
Les Amis de la Terre
Les objecteurs de croissance
MJCF
Nouveau Parti Anticapitaliste
Parti de Gauche
Parti ouvrier indépendant démocratique
PCF
PCOF
Pour une écologie populaire et Sociale
République & Socialisme
Réseau Foi et Justice Afrique Europe
UEC
UNEF
Union Syndicale Solidaires